Le récupérateur d’eau de pluie

Jadis lubie d’une poignée d’ardents écologistes, les récupérateurs d’eau de pluies sont de plus en plus répandus en France.

Il faut dire que l’eau domestique est une ressource de plus en plus chère et notre facture nous laisse d’autant plus un goût amer quand on sait que ce sont des milliers de litres d’eau gratuite qui ruissellent chaque année sur notre toiture. Et si, en plus d’être l’allié de l’environnement, le récupérateur d’eau était aussi le meilleur ami de notre porte-monnaie ? C’est la question à laquelle Couverture facile va tenter de répondre dans cet article.

Un récupérateur d’eau de pluie c’est une citerne installée à la sortie de l’écoulement de la gouttière qui permet de collecter mais aussi de filtrer les eaux pluviales. Ces récupérateurs peuvent prendre des formes très diverses : leur capacité varie d’une centaine de litres à plusieurs dizaines de milliers ! Il existe des systèmes en béton qui s’enterrent dans le sol mais aussi des modèles en PVC qui s’installent hors-sol. Ces derniers sont d’ailleurs très faciles à mettre en place pour un bricoleur compétent.

L’été est la période idéale pour installer un récupérateur d’eau : non-seulement parce que votre jardin aura plus que jamais besoin d’arrosage, mais aussi parce que les fréquents orages vous permettrons d’économiser une grande quantité d’eau. Mais l’arrosage n’est pas la seule utilisation possible de l’eau pluviale, en effet elle s’utilise facilement pour le lavage d’une voiture ou le remplissage d’une chasse d’eau. Plus surprenant, l’eau de pluie peut également être utilisée par les machines lave-linge mais sous condition d’avoir reçu un traitement préalable.

Un récupérateur d’eau pour réaliser des économies.

Bref vous l’aurez compris, un système de récupération d’eau de pluie peut vous permettre de réaliser des économies non-négligeables : jusqu’à 300 euros par an pour une toiture standard située dans une région très pluvieuse (comme le Gard). Une perspective très alléchante, surtout lorsque l’on sait qu’il existe des modèles proposés à moins d’une centaine d’euros. Mais ces modèles ne représentent que l’entrée de gamme d’un marché où les prix s’étalent du simple au triple selon la forme des modèles.

Les modèles PVC à la capacité de 500 litres sont très abordables tandis que leurs homologues en béton enterrés de 10 000 litres vous coûterons jusqu’à 1200 euros. Ce dernier type d’installation s’inscrit généralement dans un projet de maison écolo utilisant au maximum les énergies renouvelables.

Des projets en faveur du développement durable que l’état se fait fort d’encourager en permettant de bénéficier d’un crédit d’impôt de 22% à ceux qui se lancent dans ce type de travaux. Si l’aventure vous tente, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre mairie pour connaitre les conditions d’accès à ce coup de pouce fiscal.

A bientôt pour de nouveaux articles.

Seb

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
  • Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>